Politique. Actualités diverses. Économie. Divers http://wwwwddgitan.blogspot.com/

Posté avec WordPress pour Android

Advertisements

Les trop nombreuses catastrophes.

Ces dernières décennies nous avons dû faire face à de nombreuses catastrophes en tous genres. Il faut prendre en compte les incidents et accidents naturels, inhérents aux divers éléments de la nature.

Mais souvent, ce genre d’éléments est l’aboutissement de nos politiques environnementales. C’est l’expression d’un effet de perte de contrôle dans certains secteurs.

L’homme, exige toujours plus, de notre planète. Il faudra dans le futur prendre conscience que notre planète arrive à saturation.

Ces éléments de la nature qui se déchaînent (ouragans, inondations, violents feux de forêt, tremblements de terre, etc… ),  sont imprévisibles, mais ils sont la somme des effets négatifs,  imputables à  l’homme.

Aussi, en dehors de cette catégorie, nous avons celles, attribuables au genre humain.

Elles sont souvent, la concordance de considérations, financières et économiques, toujours plus vite, aux limites du possible. Encore et encore plus de gains à engranger. Sacrifier sur l’autel les données de la sécurité, gagner plus d’argent, avec moins de moyens, ceci pour attirer les investisseurs et combler leur avidité monétaire.

Priorité aux revenus, c’est primordial. Le reste est accessoire. Les deux derniers accidents majeurs au Canada et en Espagne en sont une triste illustration.

Étudier toutes formes de rentabilité, (en Espagne et au Canada). Il y a l’erreur humaine, par défaut de prévoyance, de connaissances et autres abstentions coupables, suite aux interventions humaines inappropriées.

Il faut aussi souligner, l’abandon de tous sentiments. Les critères sont toujours pour l’argent, plus de gains, et ce au nom du sacro-saint rendement, clé de voûte du système actuel.

Il est incontestable que nous sommes sous l’hégémonie du fric… cela prime sur toutes autres considérations.

Il appert que bien souvent, nous sommes les seuls et uniques responsables, de ces catastrophes et effets de la nature.

Alors que faire?

Il faudrait un changement profond et radical de nos habitudes, de nos mentalités laxistes et passéistes. Une refonte totale de nos modes de vie. Une étude drastique de nos façons d’aborder, les thèmes de notre existence.

Avoir une vue et une compréhension différente, vis-à-vis, de l’énergie, des transports, de l’alimentation et autres facteurs indissociables, de ce qui est lié à la vie et au monde. Un revirement complet de nos façons de faire.

Une réforme totale de nos modes de vie, de nos façons d’agir, vis-à-vis des énergies diverses, de l’alimentation et son partage, surveiller plus étroitement les industries, le monde scientifique, les consortiums financiers et économiques et resserrer les lois et règlements.

Il est temps de prendre en considération les divers signaux. Il est urgent d’entreprendre une grande remise en question dans différents domaines, c’est crucial.

Cela ne peut plus perdurer, nous courrons vers notre perte.

Les politiciens accordent trop d’importance à des problèmes futiles et mineurs. Messieurs les politiques, faites vos devoirs, ayez le courage de faire face. Prenez enfin des décisions légitimes et adéquates.

Il faut être imprégné de la notion des Amérindiens…

Notre Mère la Terre !

Une bourde de plus

Le bêtisier de la ronde. Je suis littéralement renversé et passablement en colère, vis-à-vis de la direction de la ronde, suite à la malencontreuse décision, de vouloir laisser crever de faim nos petits québécois….. alors que les enfants juifs et arabes pourraient se gaver sans restriction aucune, même que certains parents pourraient afficher un petit sourire narquois de jubilation. C’est une décision raciste à l’égard des enfants Québécois. Qui, est chez qui et qui, peu faire quoi, et comment? Il semblerait qu’à la ronde, il y aurait de la discrimination à notre détriment. Notre erreur être Québécois. A ce que je sache, il n’existe aucun tribunal ni aucun recours, pour nous permettre de défendre, nos droits, notre nationalité, notre façon de vivre, nos valeurs et notre culture à Nous. Empêchons-nous les étrangers, les immigrants récents, où les néo-canadiens, de manger ou boire à leur discrétion.? Pas que je sache. Est-ce possible, qu’il y ait encore des dirigeants ou responsables d’entreprises qui puissent faire fi, impunément de nos valeurs. Ces têtes de listes d’imbéciles font plus de mal que de bien, pour la cause des étrangers. J’en suis la preuve vivante, puisque je m’insurge, avec véhémence contre de telles pratiques. D’autre part, c’est très malsain de faire de la discrimination parmi les enfants. Cela peut attiser, de la rancœur et même parfois, de la haine. Les prémisses du rejet de l’autre. Messieurs, Mesdames de la ronde, vous devriez faire preuve, de plus de discernement et de jugement. Toutes ces pratiques, habitudes ou religions, qui ne nous sont pas familières, devraient avoir un comportement complaisant et tenter de s’intégrer au modus vivendi de notre pays. Trop souvent et de façon insidieuse, des prétendants à l’immigration, ou des néo-canadiens, veulent imposer leur façon de vivre et leur culture. Pour rappel, un ex-maire de Montréal, préconisait d’ajouter des fêtes juives au calendrier Romain. Ho! que non, je ne propage nullement un discours, raciste ou provocateur. Je constate, je fais de l’analyse logique et ensuite j’essaie de tirer des conclusions, les plus impartiales possibles. Vis-à-vis du reste du Canada, souvent on entend la déclaration…… Maître chez soi.! Évitons, de devoir constater un jour que le dur et courageux labeur, ainsi que le sang et la peine de nos ancêtres, ne soient devenu vain, parce que d’autres auront imposé leur vision et leur culture. Nous pourrions perdre toutes nos illusions. La conduite et l’attitude de certains, pourraient conduire à des conflits et à des chocs de civilisation, ce qui serait hautement dommageable et irréversible. Pour terminer, il faut condamner le geste de la direction de la ronde, de Montréal. Il faut dénoncer tout acte lésant les Québécois, ne pas prendre des mesures de complaisance eu égard les communautés étrangères, ces dernières, doivent comprendre qu’elles sont dans un pays d’accueil et un pays hôte. ddgitan.