Abolir le Sénat Canadien

Notre Sénat, grand théâtre burlesque.

Pourquoi vouloir persister à conserver cette institution, aussi controversée et inutile pour plusieurs.
Non seulement l’existence même en est contestée, ainsi que son fonctionnement, mais et trop souvent, les honorables membres de cette chambre haute se font remarquer pour de mauvaises raisons parfois même très troublantes et répréhensibles.

Je ne ferai pas un rappel fastidieux, des nombreux cas de mises en cause, dont les derniers bien significatifs, au sujet, des sénateurs, ayant fait de fausses déclarations, et autres problèmes multiples, lesquels ont été répertoriés et commentés, abondamment dans la presse.

Nonobstant, quelques remarques judicieuses me viennent à l’esprit.
Cette institution, n’a absolument rien de démocratique. Les membres en sont nommés au bon vouloir et à discrétion du Premier Ministre, le seul examen de passage est l’allégeance politique, aussi, il y a le degré de reconnaissance des services rendus. L’exemple le plus probant est la nomination de madame Werner de Québec.

Aussi, certains sont nommés du fait de leur passé, par exemple ex-entraineur de hockey, ex comédien et combien d’autres n’ayant aucune affinité avec la politique.
Il y a les nominations vu la notoriété des intéressés
Aussi parfois, la nomination d’une personne gênante, pour le gouvernement: comme le sénateur Boisvenu ou d’anciens membres de la police qui du jour au lendemain renient leurs opinions et positions. Un exemple parmi tant d’autres, la suppression du registre des armes à feu.

Le fonctionnement de cette institution obsolète nous coûte une fortune.
Aussi les inutiles qui y siègent, souvent n’y sont pas par conviction.
C’est aussi l’institution championne de l’absentéisme.
Toutes les soi-disant commissions, nombreuses et diverses, ne servent pas à grand chose.
En finalité, c’est le premier ministre et son gouvernement qui ont le dernier mot.
Aussi les Sénateurs bénéficient de très attrayants émoluments, ainsi que de nombreux avantages et remboursements frais et indemnités multiples.

Vu que leur travail n’est pas trop contraignant, ils peuvent profiter de cette manne abondante jusqu’à 75 ans.
Au vu des coûts engendrés, pour un très piètre résultat, combiné à un travail que l’on peut facilement mettre en doute, on est en droit de mettre l’existence même de l’institution en doute.
Son abolition pure et simple, ne changerait rien au fonctionnement de notre appareil gouvernemental.
Ostraciser ce gouffre à argent, serait générateur d’économie de plusieurs milliers de dollars.

Un jour ou l’autre, nous devrions avoir une discussion en profondeur, quant à la pertinence et à l’existence d’une telle organisation. Il faut un souffle novateur et adopter des formules nouvelles, en vue de redynamiser, le bon fonctionnement de l’État.

Un référendum national serait l’outil rêvé pour départager les opinions.

ddgitan.

Posté avec WordPress pour Android

Advertisements

Départ d’un homme de la polique

Au revoir cher Monsieur,

Monsieur, Jean – Martin, Aussant quitte la direction d’option nationale.
Cher Monsieur, bien qu’étant de Nicolet, je n’ai pas eu l’honneur de Vous connaître.
C’est un réel regret pour moi. Je ne connais de vous, que votre passage éphémère à l’assemblé nationale. Mais, j’ai eu immédiatement à l’époque le sentiment profond, et j’ai été vite convaincu, de votre sincérité.

Votre discours était empreint d’énergie nouvelle, il émanait de vos propos une conviction sans faille.
Propos nouveaux et rafraîchissants.
Mais, je présume que très vite, vous avez fait face à une profonde déception.
Le parti pour lequel, vous aviez placé vos espoirs et vos aspirations, vous a fait défaut, effectivement, ce parti s’est éloigné de ses aspirations principales, il s’est compromis, pour adopter des mesures de partages, satisfaire les doléances des autres partis.

En somme ce parti a fait preuve de compromission, et de prostitution politique, avec comme but durer, durer et goûter à l’euphorie du pouvoir le plus longtemps possible, certains étaient avides … et tout comme Charles Aznavour se voyaient déjà,… : ‘au bord de la piste’.
Hélas, je peux comprendre votre immense déception, Ils vous ont blessé dans vos convictions. Vous avez été floué, reniées les promesses électorales. Débarqué, largué, au profit de politiques, de partages avec les autres à l’assiette au beurre.

Je présume que grande fut la déception. Mais restant fidèle à vos idées politiques et votre philosophie,
vous êtes resté fidèle à vous-même, Vous n’avez en rien dérogé a vos plans de combat.
Vous avez fait preuve de continuité et démissionné, pour rester fidèle a vos aspirations.
C’était un geste courageux et empreint d’une certaine connotation, chevaleresque.

Après avoir fait le choix courageux de démissionner, vous avez, été relégué en fond de classe (assemblée nationale).
Vos moyens d’actions étaient limités et fortement brimés. Ensuite le grand saut.
Ce fut la création, d’un nouveau parti, espoir pour beaucoup de monde qui ne dérogeait pas à vos
aspirations. Vous avez démissionnez de vos fonctions, pour les raisons que nous connaissons.

Vous avez laissez beaucoup d’orphelins, lors de cette démission qui fut un choc pour beaucoup.
Alors hier 7 août, éclaircie dans le ciel, sombre et morose, votre annonce d’un retour prochain, en politique,

Je crois que le Québec a droit, à du sang neuf, discours, prônant des options et buts différents, surtout porteur d’espoirs et de manières modernes. Façon différente de faire de la politique mieux adaptée et interactive. Les vieux partis traditionnels sont obsolètes, ils ont montré leur limites et leur immobilisme. Les nouvelles politiques stéréotypées en symbioses, avec l’esprit typique et unique au peuple Québécois, doivent devenir un crédo et rencontrer ces aspirations légitimes. Il faut un renouveau, les anciennes politiques ne sont plus de mise.
Heureux pour vous d’avoir quitté le temple de la compromission, où les élus non de but que l’envie et l’ambition, ainsi les hommages démesurés.

Bon vent, Monsieur Aussant, jouez une musique d’espoir et de rêve douce à nos oreilles.
Ma consolation, je sais que ce n’est qu’un au revoir !

Denis. Dumoulin.

Posté avec WordPress pour Android

Augmentation des taxes scolaires

Où sont les vœux pieux ? Encore un hold-up dont nous sommes victimes. La ministre Malavoy accorde sa bénédiction tacite, aux revendications des commissions scolaires. C’est tout bonnement honteux. Cette augmentation est absolument injustifiée. Sous des prétextes fallacieux, mettant nos enfants à l’avant- plan, on a cédé, aux requêtes des commissions scolaires. Le comble, c’est qu’il n’y a aucun organe de contrôle, pour savoir à quels postes les sommes d’argents sont destinées. Mais eu égard un passé récent, on nous avait révélé, des histoires d’horreurs, de dépenses indues et largesses diverses, aux profits des cadres de direction. De nombreux voyages, à étranger, moult ripailles et autres célébrations festives, cadeaux divers, primes et d’autres avantages, payés par les contribuables. En fait de nombreuses et diverses dépenses inutiles et totalement injustifiées, dans le secteur privé il y aurait des sanctions, voir des poursuites. C’est un secret de polichinelle, ces gens en mènent large. Cet organisme nous coûtent très cher. Lorsqu’on parle de l’ostraciser, on se heurte a une levée de boucliers. Pourtant, dans beaucoup de pays occidentaux, il n’y a pas de commission scolaire. Cet organisme est un énorme gouffre à argent, dont on peut difficilement justifier l’existence. Il faut une solidarité envers nos enfants, mais pas à cette échelle, ni sous cette forme. Il faut faire un effort de réflexion et étudier un fonctionnement plus adéquat, plus limpide et mieux organisé. Sans une reforme profonde et urgente cet organisme inutile et obsolète, devrait disparaître, il est devenu, d’une lourdeur incontrôlable et pratiquement, plus en mesure d’être administré de façon conforme. On pourrait comparer les commissions scolaires à de véritables foires aux empoignes des marchés persans. Un état dans l’État. Triste constat d’organisme en déliquescence, qui se signale à nos bons souvenirs lors de tumultes. Quant à vous madame la ministre, je déplore votre attitude. Denis Dumoulin Nicolet

HOMMAGE à une Mairesse

Toute mon immense considération à une Mairesse. Madame Colette Roy- Laroche. Vous êtes la Mairesse d’une ville martyre et sinistrée. Je ne désire pas épiloguer sur les faits mêmes de cette catastrophe sans précédent. Non, je voudrais vous adresser modestement quelques jugements et considérations à votre égard. Toutefois, je ne suis pas certain que ma plume soit suffisamment à la hauteur, pour Vous rendre hommage. Madame, tout au long de cette triste période post-catastrophe, Vous avez fait preuve de très hautes qualités humaines, aussi il faut vous citer en exemple pour votre sérénité face à cette dure réalité. Je rends hommage à votre conduite exemplaire. Vous avez démontré votre maîtrise, vos qualités de gestion de crise, ainsi que vos qualités d’organisation. Mais, j’ai été subjugué surtout par vos valeurs, votre maîtrise, votre ton empreint de beaucoup de sollicitude. Vous avez Madame, été un exemple pour tout ceux qui ont été mortifiés et plongés dans la tristesse. Vos propos furent d’une très grandes justesse. Vous avez été un exemple étonnant. Aussi, je crois que vous venez de rehausser les charges de votre fonction. Après toutes les différentes péripéties que nous venons de vivre, suite à la conduite, de certains de nos maires et hommes politiques. Ce fut un réel plaisir de vous connaître, dommage vu les tristes circonstances. Il est revigorant de rencontrer des gens de votre trempe. Vous êtes Madame, un exemple pour nous tous. Il ne faudrait pas occulter le fait, que vous venez d’illustrer et démontrer, qu’une Mairesse peut faire face à des catastrophes, sans précédent ni historique. Ce avec autant de doigté qu’un Maire. Il serait souhaitable de voir plusieurs dames à la tête de nos municipalités. J’espère que cela va en inspirer d’autres. Madame, c’est un événement très agréable de rencontrer des gens comme vous, vous êtes un sujet d’inspiration, non seulement pour tous les Québécois, mais particulièrement pour notre jeunesse. Madame la Mairesse, ce fut une révélation de découvrir une Grande Dame, au coeur immense et à la grandeur d’âme sans pareille. Félicitations Madame ! Denis Dumoulin Nicolet

UN JEUNE ABATTU SUITE À UNE BAVURE POLICIERE

Que c’est triste. Suite à la bavure d’un policier qui tire 9 coups de feu, prenant un jeune en crise comme cible. Fait commis à Toronto, lequel s’apparente plus à une exécution punitive, qu’à une intervention structurée de la police. Ma déception et ma tristesse frisent le dégoût. Je suis sidéré. Effectivement, il semblerait que sur les lieux des faits, le tramway était vide de passagers. En fait il n’y avait plus que la victime, laquelle était isolée. Donc il n’y avait plus aucune situation, d’extrême urgence. Le fauteur de trouble était hors de possibilité de nuire. Il était sous contrôle. C’est à ce moment fatidique qu’un policier, en toute absence de légitime défense, et de bons sens, tire 9 coups de feu, sur ce jeune en crise. Était-il en boisson, ou gelé, rien n’y change. Ce jeune à perdu la vie suite à une très mauvaise analyse du danger imminent. Il est victime d’une très mauvaise décision qui n’a aucun sens et qui est farfelue. Aussi, un autre énergumène y ajoute sa note, le jeune étant hors d’État de nuire, un policier tiré sur le corps inerte, à l’aide d’un pistolet électrique. C’est de l’acharnement malsain et inutile. Honteux ! Tous les ingrédients d’une bavure. Triste spectacle de la police de Toronto. Incompréhension, mort triste et inutile. Dans un pays civilisé, où la police a une grande panoplie de moyens divers, en vue d’intervenir, il est aberrant que de tels faits puissent survenir. C’est totalement inadmissible et répréhensible. Cette bavure est susceptible de rendre l’image de la police encore plus terne et détestable, d’éloigner la police des citoyens. Cette intervention méritait-elle mort d’homme ? Il est impératif que ce décès d’un jeune soit le début d’une profondeur réflexion. La police doit faire un profond examen de conscience, éventuellement établir de nouveaux protocoles. Modifier certaines façons d’intervenir, aussi avoir du respect pour la vie d’autrui. Aussi cet incident très regrettable demande justice. Espérons ne plus revivre de tels événements regrettables. ddgitan.